Beyonce et Jay Z gagnent un procès pour échantillonnage amoureux ivres

Beyoncé et Jay Z n'auront pas à rompre le pain avec une chanteuse hongroise qui a accusé le couple d'avoir utilisé sa voix sans autorisation sur la chanson à succès 'Drunk In Love'. Le procès, qui a été déposé par Mónika Juhász Miczur alias Mitsou en 2014, a été rejeté par un juge de Manhattan, selon Page 6.

Miczur, présumée «Drunk In Love», a utilisé des parties de sa chanson «Gypsy Life on the Road, sortie aux États-Unis en 1997. Après l'avoir entendue a cappella sur la chanson à succès de Bey en décembre 2013, elle a intenté une action en justice et poursuivie pour des dommages pécuniaires non spécifiés, affirmant que l'utilisation non autorisée flagrante de [sa] voix à des fins commerciales cause un préjudice irréparable et une détresse émotionnelle.



Un juge, cependant, a pensé le contraire. La juge de la Cour suprême de Manhattan, Cynthia Kern, s'est rangée du côté des Carters, notant que Mitsou intentait une action en vertu de la loi sur les droits civils de l'État, qui ne protège qu'un nom, un portrait, une image ou une voix utilisée à des fins publicitaires ou commerciales sans consentement écrit.



Il est incontesté que la chanson et la vidéo 'Drunk in Love' sont des œuvres d'expression artistique et, conformément à une loi bien établie, elles sont donc exemptées de la loi sur les droits civils, a déclaré Kern.

La vidéo de 'Drunk In Love', issue du cinquième album solo éponyme de Beyonce, a remporté la meilleure collaboration aux MTV Video Music Awards et a été visionnée plus de 236 millions de fois sur YouTube.



C'est une autre victoire judiciaire pour le camp Carter. En octobre, un juge a rejeté une action en justice pour échantillonnage sur le morceau de 1999 de Hov's, 'Big Pimpin', après des années de limbes.

Voir les nominés et les gagnants des meilleures performances rap aux Grammys au fil des ans